Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

As Sahaba

  • : As Sahaba - Les Compagnons du Messager d'Allah صلى الله عليه و سلم
  • As Sahaba - Les Compagnons du Messager d'Allah صلى الله عليه و سلم
  • : السلام عليكم ورحمة الله وبركاته - Voici un bref aperçu de la vie des Compagnons du Messager d'Allah صلى الله عليه و سلم Mais aussi de certains Tabi’in et Tabi’Tabi’ines et des 3oulema de ahlu sunnah wa jama3a
  • Contact

Catégories

Sans-titre-1.jpg

Sans-titre-2.jpg

Sans-titre-5-copie-1.jpg

Sans-titre-4.jpg

Sans-titre-5-copie-2.jpg

/ / /

1-  Mon nom est Abdul-Muhsin ibn Hamad ibn 'Abdul-Muhsin ibn 'Abdullaah ibn Hamad ibn 'Uthmaan Aal-Badar . Aal Badr est une famille de Âl Jelâss, de la région de ‘Anaza. C’est une des tribus de ‘Adnan.Et mon grand pere Abdullah a ajouté le nom abbaad et certains de ses enfants sont devenu plus tard connu sous ce nom. Ma mere etait la fille de l'oncle de mon pere - Abu Sulaymaan ibn 'Abdullaah Aal Badar.

2- Je suis né aprés la prière du ‘icha la nuit d’un dimanche correspondant au troisième jour du ramadan de l’année 1353 dans la ville de Zulfî, au nord de Ryadh.

3- J’ai appris à lire et à écrire dans les écoles de la ville auprès de nobles professeurs: ‘abd Allah ibn ahmad al-Manî’, puis Zayd ibn Muhammad al-Munîfî, ‘abd Allah ibn ‘abd ar-rahmân al-Ghayth et c’est auprés de lui que j’ai terminé de mémoriser le coran. J’ai ensuite étudié avec Fâlih ar-Rûmî. Et lorsque l’école primaire de la ville de Zulfî a ouvert ses portes en 1368, j’ai été inscrit en troisième année. J’y ai étudié le livre al-Ajrûmiyya en grammaire et ar-ruhbiyya pour ce qui est des règles de l’héritage. C’était avec le cheikh hamdân ibn ahmad al-Bâtil.  

 

4-  Aprés avoir fini l’école primaire, je suis entré à l’institut scientifique de Ryadh, puis à la faculté de charî’a dans la même ville. Durant la dernière année de mes études universitaires, je fus désigné comme professeur à l’institut scientifique de la ville de Burayda (le 13/5/1379). Je retournai à Ryadh à la fin de cette même anné pour y passer mes examens clôturant mes études. Allah m’honoré d’avoir été le premier parmi tous mes camarades de classe qui étaient alors plus de quatre vingt. Ils représentaient alors le quart des éléves inscrits dans cette faculté. J’avais, au préalable, terminé premier des trois années précédentes de ce cursus universitaire de même que lors de l’année durant laquelle j’ai obtenu mon diplôme de fin d’étude secondaire à l’institut scientifique de Ryadh. En 1380, j’offiçais en tant que professeur dans ce même institut. Au cours de ces études secondaires et universitaires, j’ai étudié  auprés de remarquables cheikhs. Les plus brillants furent cheikh ‘abd al-’Azîz ibn ‘abdillah ibn Bâz, cheikh Muhammad al-Amîn ach-Chanqîtî, cheikh ‘abd ar-Razzâq al-‘Afîfî et cheikh Sâlih al-Khalîfî. Qu’Allah leur fasse miséricorde.


5-  A l’ouverture de l’université islamique de Médine, Allah me comblait et cheikh Muhammad ibn Ibrâhîm Âl ach-Cheikh me désignait comme membre du corps professoral. La première faculté fut celle de charî’a. Le premier cours eu lieu le 2/6/1381. Par la grâce d’Allah, je fus le premier à y dispenser un cours ce jour là. Et jusqu’à ce jour (l’été 1427), j’y suis toujours enseignant. Ce qui fait quarante six ans d’enseignement.


6- Le 30/7/1393, je fus désigné adjoint au doyen de l’université islamique. C’est le roi Faysal, qu’Allah lui fasse miséricorde, qui m’a choisi pour ce poste. Cheikh ‘abd al-‘Azîz ibn Bâz, doyen de l’université à cette époque, m’a choisi avec deux autres pour assumer ce poste, sûrement parce que j’y enseignais déjà. J’assumais donc cette fonction jusqu’au 26/10/1399 aprés avoir insisté pour qu’on me retire ces responsabilités. Puis, lorsque cheikh ibn Bâz dû partir à Ryadh pour assumer les fonctions du présidents du bureau des recherches scientifiques et de la fatwa, je devenais le premier responsable. Je n’ai pas manqué de donner deux cours par semaine aux étudiants de quatrième année de la faculté de charî’a et ce, tout au long de ces six années. Et par la grâce d’Allah, puis, par les efforts menés par cheikh ibn Bâz et moi même, nous avons pu mettre en place les sections des hautes études supérieures qui sont ceux de magistère et du doctorat. Nous avons également ouvert les facultés de coran, de hadith et de langue arabe ainsi que l’imprimerie de l’université.


7- J’ai commencé à enseigner à la mosquée du prophète le mois de muharram de l’année 1406. J’y avais déjà fait quelques cours durant la période du hadj pour éveiller les pélerins aux rites du hadj. J’ai pu y enseigné jusqu’à l’été 1427 les livres suivants: l’explication de sahîh Bokhârî et sahîh Muslim, sunan abî Daûd, sunan Nisâ’î et les trois quarts de sunan Tirmidhî. Les cours avaient lieu six jours sur sept, entre le magreb et le ‘icha. En revanche les cours étaient suspendus durant les vacances scolaires puisque la plupart des étudiants sont ceux inscrits à l’université.  

 

8- Ma première excursion hors de la ville de Zulfî fut pour accomplir mon pélerinage à la mecque en 1370. Année aprés laquelle je partais étudier à l’institut de Ryadh.

 

9- J’ai encore tous mes cahiers d’école depuis la troisième année de primaire.

 

10- Mon premier livre, celui de ma bibliothèque personnelle, était bulugh al-marâm du hâfidh ibn hajar al-‘Asqalânî . je l’ai eu avant d’entrer en primaire. J’y avais écrit la date: Le 6/1/1368. Il y a quelques temps, j’avais lu une note sur ma biographie qui circulait sur internet. Elle comportait certains ajouts me décrivant comme ascète. Cela n’a aucun fondement et ne correspond à rien. L’auteur de ces paroles s’est exprimé à propos de choses qu’il ne connait pas. Et Allah et celui qui mène au droit chemin.

 

Je demande à Allah qu’Il nous permette de réaliser tous ce qui peut nous mener au bonheur dans ce bas monde et dans l’au delà.  Ô Allah, permets moi d’accomplir mes devoirs religieux qui me garantiront de ne pas m’égarer. Et accorde moi de ce bas monde ce qui me permettra d’y arriver. Et accorde moi la sincérité pour bénéficier de ta compassion le jour de le résurrection. Et fais du reste de ma vie une occasion de faire le bien, et de ma mort, un repos de toutes ses épreuves. 

 

http://www.fatwa-online.com/scholarsbiographies/15thcentury/abdulmuhsin.htm

Partager cette page

Repost 0