Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

As Sahaba

  • : As Sahaba - Les Compagnons du Messager d'Allah صلى الله عليه و سلم
  • As Sahaba - Les Compagnons du Messager d'Allah صلى الله عليه و سلم
  • : السلام عليكم ورحمة الله وبركاته - Voici un bref aperçu de la vie des Compagnons du Messager d'Allah صلى الله عليه و سلم Mais aussi de certains Tabi’in et Tabi’Tabi’ines et des 3oulema de ahlu sunnah wa jama3a
  • Contact

Catégories

Sans-titre-1.jpg

Sans-titre-2.jpg

Sans-titre-5-copie-1.jpg

Sans-titre-4.jpg

Sans-titre-5-copie-2.jpg

6 juillet 2011 3 06 /07 /juillet /2011 03:50

  Ibn Al Qayyim

 

 


Lorsque le Prophète –sal Allahou ‘alayhi wa salam- prit serment d’allégeance [des Ansârs] à Al-‘Aqabah, il ordonna à ses compagnons d’émigrer vers Médine. La tribu de Quraysh vit que le nombre de ses compagnons avait augmenté et qu’ils allaient donc protéger le Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam-.

 

Ils se réunirent alors pour trouver un stratagème. Certains proposèrent de l’emprisonner, d’autres de l’expulser, mais finalement ils se mirent d’accord pour le tuer. Le messager [Jibril] vint alors du ciel [au Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam-] avec cette nouvelle et lui ordonna de quitter sa couche que ‘Ali occupa à sa place. Et le véridique [Abu Bakr] se leva pour l’accompagner dans son voyage.


Lorsqu’ils quittèrent les demeures de la Mecque, l’attention d’Abu Bakr –radi Allahou ‘anhou- redoubla. Parfois, il redoutait quelque embuscade, et marchait alors devant le Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam-.

 

D’autres fois il pensait au fait qu’ils étaient suivis et marchait derrière lui ou encore à droite et à gauche, jusqu’à arriver à la grotte.

 

Abu Bakr entra en premier afin de protéger [le Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam-] de tout mal qui aurait pu s’y trouver. Allah –ta’ala- fit alors pousser un arbre inexistant à ce jour qui protégea le poursuivi [le Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam-] et mystifia le poursuivant [Quraysh]1 (note importante à lire) .

 

Une araignée se mit à l’entrée de la grotte et tissa une toile semblable à un voile, si bien qu’elle masqua au poursuivant celui qu’il cherchait. Allah –ta’ala- envoya deux pigeons qui firent un nid à cet endroit, de façon à être tel un voile sur les yeux des poursuivants. Et c’est là une manière plus forte encore de montrer la faiblesse des ennemis d’Allah que de les vaincre les armes à la main 2(note importante à lire).

 

Lorsque les poursuivants furent au-dessus de leur tête, au point que le Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam- et Abu Bakr pussent entendre leur voix, Abu Bakr dit, alors que son anxiété avait redoublé : « Ô Messager d’Allah -sal Allahou 'alayhi wa salam- !

 

Si l’un d’entre eux regardait sous ses pieds, il nous verrait. » Le Messager d’Allah -sal Allahou 'alayhi wa salam- dit : « Ô Abu Bakr !

 

 

Que penses-tu de deux personnes, dont le troisième est Allah ? » Lorsque le Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam- vit que la tristesse [d’Abu Bakr] grandissait –par pour lui-même [mais pour le Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam-] – il renforça son cœur en lui annonçant cette bonne nouvelle :

 

[Ne t’afflige pas, car Allah est avec nous] 3

 

Ainsi, le secret de cette union [dans le voyage] apparut clairement tant au niveau de la formulation [du verset] que de son statut juridique et de son sens. On disait ainsi : le Messager d’Allah -sal Allahou 'alayhi wa salam- et son compagnon –radi Allahou ‘anhou-.

 

 

Et lorsque le Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam- mourut, on dit : le successeur du Messager d’Allah -sal Allahou 'alayhi wa salam-, alors qu’après Abu Bakr, on ne nommait plus le gouverneur en le liant au Messager d’Allah -sal Allahou 'alayhi wa salam-, on disait simplement : le Commandeur des croyants.

 

Ils restèrent trois jours dans la grotte puis en sortir, et le destin dit : tu entreras [à Médine] comme nul autre avant toi et d’une manière qui ne se reproduira pour personne d’autre après toi.

 

Ils s’enfoncèrent dans le désert, et alors qu’ils furent sur le point d’être rejoints par Suraqah ibn Malik, le Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam- lui envoya une flèche tirée du carcan de ses invocations, et les pattes de son cheval s’enfoncèrent dans le sol jusqu’au ventre. Lorsqu’il réalisa qu’il ne pourrait les rejoindre, Suraqah proposa de l’argent à celui qui avait refusé les clés de tous les trésors du monde, et il proposa des vivres à celui qui était repu

 

« Je demeure auprès de mon Seigneur, Il me nourrit et m’abreuve. »4

 

[L'honneur] d'être le deuxième des deux fut réservé à Abu Bakr, et il est aussi le deuxième homme à avoir embrasser l'islam [après le Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam- ], et le deuxième dans le don de sa personne, dans l'ascétisme, la compagnie du [Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam-] , le califat , l'âge5 et les causes de son décès. En effet le Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam- est mort des conséquences [tardives] du poison [consommé durant la bataille de Khaybar], et Abu Bakr lui aussi est mort empoisonné.


Parmi les dix promis au Paradis, cinq se sont convertis par sa cause: 'Uthmân, Talhah, AZ-Zubayr, Abd Ar-Rahman ibn 'Awf et Sa'd ibn Abbi Waqqas.

 

Le jour où il a embrassé l’islam, il possédait  quarante mille dirhams, qu'il donna en aumône au moment où l'islam en avait le plus besoin. C'est pourquoi il en a obtenu une telle récompense, [exposée dans la parole du Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam- ] : « Aucun ne m'a été plus utile que les dons d'Abu Bakr. »6

 

Il est meilleur que le croyant de la famille de pharaon, car ce dernier cachait sa foi, alors qu'Abu Bakr l'a exposée. Il est également meilleur que le croyant de la sourate Yâ-Sîn, car ce dernier a lutté une heure, alors qu'Abu Bakr a combattu plusieurs années.

 

Il vit l'oiseau du besoin planer au-dessus de la graine de la générosité et crier:

 

[Quiconque prête à Allah de bonne grâce, Il le lui rendra multiplié plusieurs fois.]7

 

 

Il lui jeta la graine des biens sur le jardin de l'agrément puis s'est étendu sur le lit de la pauvreté. L'oiseau mit alors cette graine dans le jabot de la prolifération, puis s'éleva au-dessus des branches de l'arbre de la véracité, chantant diverses louanges. Puis il se tint sur le sanctuaire de l'islam en récitant:

 

[Alors qu'en sera épargné les pieux, qui donne ses biens en se purifiant.]8

 

Les versets et les narrations [prophétiques] montrent ses vertus, et tous les Muhâjirûn et les Ansârs ont été unanimes pour lui prêter serment d'allégeance.

 

Ô vous qui le détestez ! Vos cœurs s'embrasent lorsqu'on le cite ! Et chaque fois qu'on rappelle ses vertus, votre humiliation grandit ! Les chiites mécréants n'entendent-ils pas [la Parole d'Allah]:


[Deuxième de deux lorsqu'ils étaient dans la grotte.]9

 

Lorsqu'Abu Bakr fut invité à embrasser l'islam, [il accepta] sans bafouiller ni refuser. Il a acheminé sur la voie droite sans s'en éloigner et sans fauter. Il a enduré durant toute sa vie le danger des poignards et le reflet des sabres. Il n'a fait qu'augmenter ses aumônes sans jamais les diminuer jusqu'à la mort. Par Allah ! Pour chaque dinar, il en ajoutait un deuxième.

 

[Deuxième de deux lorsqu'ils étaient dans la grotte.]


Qui fut le compagnon du Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam- durant son enfance ?

 

Qui fut le premier croyant parmi ses Compagnons ?


Qui s'est prononcé sur un jugement en sa présence et en précédant sa réponse ?


Qui est le premier à avoir prié avec Lui ?


Qui est le dernier à avoir dirigé la prière devant Lui ?


Qui a été enterré avec lui après sa mort ?


Alors reconnaissez le droit du proche [litt: le voisin] !


Le jour de l'apostasie il est resté ferme avec compréhension et avec éveil, et il  a exposé avec une preuve  du Coran, un sens qui avait échappé aux esprits les plus clairvoyants.


Celui qui aime [Allah et son Messager] se réjouit de ses mérites, tandis que celui qui [les déteste] s'en irrite. Malheur au chiite qui fuit les assises dans lesquelles on le cite, mais où fuir ?


Combien de fois a t'il protégé le Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam- de ses biens et de sa personne ? Il fut son compagnon privilégié durant sa vie et il est allongé à ses côtés dans la tombe. Ses mérites sont évidents et ne souffrent d'aucunes ambiguïtés. Qui donc peut cacher la lumière du soleil quand il est à son zénith ?

 

Ils pénétrèrent dans une grotte inhabitée et le véridique prit peur de la tournure des événements, le Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam- lui dit alors : « Que penses-tu de deux personnes, dont le troisième est Allah ? » La quiétude descendit alors sur lui et dissipa la peur des événements, l'angoisse disparu et il se plut à rester [dans la grotte avec le Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam-]. Le héraut du secours lança alors du haut des minarets de toutes les cités:


[Deuxième de deux lorsqu'ils étaient dans la grotte.]


Par Allah ! L'aimer est la base de la croyance authentique [Al-Hanîfiyyah], et le détester dévoile une nature malveillante. Il est le meilleur des Compagnons et des proches, et les preuves à ce sujet sont très fortes. Sans le bien-fondé de son imamat, Ibn Al-Hanîfiyyah n'aurait pas dit : [« Il fut le meilleur [des Compagnons] lorsqu'il a embrassé l'islam, et ce jusqu'à ce qu'Allah reprenne son âme. »]... Doucement ! Doucement ! Car le sang des chiites bouillonne.


1 Le hadith concernant l’arbre qui aurait poussé devant la grotte n’est pas authentique. Voire Al-Bidâyah wa-n-Nihâyah (3/181)


2 L’histoire de l’araignée et des pigeons n’est pas authentique. Voir Al-Bidâyah wa-n-Nihâyah (3/181) et Ad-Da’ifah (1128-1129)


3 Sourate At-Tawbah, v.40.


4 Al-Bukhari (1965), Muslim (1103).


5 Comme le Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam-, Abû Bakr est mort à 63 ans.

An-Nasa’i, Ibn Majah (94) …


6 Sourate Al Baqarah. V.245.


7 Sourate Al-Layl, v.17-18.


8 Sourate At-Tawbah, v.40.


9 Sourate At-Tawbah, v.40.

 

[Source : « Les médiations » (Al-Fawaïd), Ibn Al Qayyim, Editions Tawbah, pp. 160-165.]

 

 

 

Source :

 

 

http://www.rappel01.fr

Repost 0
9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 15:32

Sa lignée se joint à celle du prophète –sal Allahou ‘alayhi wa salam- au niveau du septième père. Il participa à tous les événements et résista avec le Prophète –sal Allahou ‘alayhi wa salam- le jour de la bataille de Uhud. Avec ses dents, il arracha les deux maillons qui entrèrent dans les joues du Messager d’Allah –sal Allahou ‘alayhi wa salam- et ses deux incisives tombèrent ; après cela, il était celui qui avait les plus belles incisives cassées.

Anas rapporte que le Messager d’Allah –sal Allahou ‘alayhi wa salam- a dit :
« Chaque communauté à un homme digne de confiance, et l’homme de confiance de notre communauté est ‘Ubaydah Ibn Al-Jarah ».
[Hadith authentique rapproté par Al-Bukhari et Muslim dans leurs authentiques et An-Nasaï d’après Anas]

‘Omar Ibn Al-Khatab dit à ses compagnons : « Faites un vœu », un homme dit alors : « J’aimerai avoir cette maison remplie d’or, afin que je le donne en aumône pour la cause d’Allah », puis il dit : « Faites un vœu », un homme dit alors : « J’aimerai avoir cette maison remplie de perles, de topazes et de bijoux afin que je les donnes en aumône pour la cause d’Allah », puis il dit : « Faites un vœu », ils répondirent : « Nous ne savons plus quoi dire, oh chef des croyants ! », ‘Omar dit alors : « Quant à moi j’aimerai avoir cette maison pleine d’homme comme Abu ‘Ubaydah Ibn Al-Jarah afin de les employer ».

Il disait : « Il se peut que la personne blanchisse ses vêtements et salisse sa religion, et il se peut que celui qui honore son âme, l’humilie, alors empressez-vous, qu’Allah vous fasse miséricorde, de changer vos anciens péchés en de nouvelle bonnes actions, car si l’un d’entre vous accomplissait des péchés remplissant l’espace qu’il y a entre le ciel et la terre, et qu’ensuite, il accomplisse une bonne action, celle-ci l’emporterait sur les péchés au point de les vaincre – et dans une version : au point de les dominer ».

Il disait : « Le croyant ressemble à un oiseau qui change tous les jours ».

Il fut enterré au terrain bas de Nissan en l’an dix-huit, dans un village nommé ‘Imad. [1]

[1] « L’histoire des compagnons et des pieux prédécesseurs », Ibn Al Jawzy, Editions Al Houda, pp. 131-132 retranscrit par le rappel01.fr

 

ð   L'émigration et la lutte dans le sentier d'Allah (al Hijra wal Jihad) :

 

Abû 'Ubayda a émigré en Abyssinie. Il a obtenu l'honneur de cette émigration avec les musulmans, en dépit de ce qu'il a enduré comme fatigue et peine. Il y resta jusqu'à ce que le Prophète sallallahu 'alayhi wa salam émigra à la Médine. Puis il ne tarda pas à le suivre.

Le jour de Badr, L'Homme de Confiance de la Communauté se distingua avec son courage au point d'obtenir le pardon accordé par Allah à la famille de badr (les lutteurs de cette bataille). En fait Il 'azza wa jall pardonna leurs péchés passés et futurs.

Le Jour de Uhud, il défendit le Prophète sallallahu 'alayhi wa salam avec bravoure et se fit casser les dents. Abu 'Ubayda resta ferme durant ce jour inoubliable, ainsi que d'autres conpagnons qui résistèrent aux assauts furieux des Qurayshites voulant attenter à la vie du prophète sallallahu 'alayhi wa salam.

'Umar a fait l'éloge d'Abû 'Ubayda après qu'il a eu les dents brisées en disant de lui : "Je n'ai jamais vu d'homme aux dents cassées qui est plus beau qu'Abû 'Ubayda".

Le jour de Dhât al Salâsil, lorsque le prophète sallallahu 'alayhi wa salam fut informé que les membres de la tribu d Qudâ'a se sont rassemblés pour envahir Médine, il fît de 'Amru ibn al 'As l'emblème afin d'aller s'opposer à eux. 'Amru remarqua que les ennemis étaient nombreux. Il demanda alors au prophète sallallahu 'alayhi wa salam de lui envoyer des renforts. Le messager d'Allah sallallahu 'alayhi wa salam lui envoya deux cents Emigrés et Auxiliaires ayant à leur tête Abu 'Ubayda ibn al Jarrah. Aussi parmi ces renforts, il y avait Abu Bakr et 'Umar qu'Allah les agrées. Lorsque Abu 'Ubayda arriva auprès de 'Amru il lui dit : "Le Messager d'Allah sallallahu 'alayhi wa salam m'a dit " Lorsque tu arriveras chez ton compagnon, travaillez en coordination et n'ayez pas de divergences" et il ajouta "donc meme si tu me désobéis, moi je t'obéirai!"

Les historiens sont unanimes sur le fait qu'Abu 'Ubayda a fait preuve de grandes qualités morales durant cette expedition, en se mettant sous l'autorité de 'Amru ibn al 'As, comme tous les autres musulmans. En fait à cette époque 'Amru était l'Emir et le chef de l'expédition. [1]

 

 [2] Tiré du livre "Les Dix Elus du Paradis" par 'Abdul Mun'im al Hashimi aux éditions ibn Hazm pages 47-48

Repost 0
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 20:18

السلام عليكم ورحمة الله وبركاته

 

 

Aimer les compagnons du Prophète ainsi que sa famille, leur attribuer un rang priviligiè, tout cela fait parti de la foi du musulman. les plus méritants parmis eux sont ceux qui ont été les premiers à embrasser l'islam. le musulman les aiment parce que Allah et son Prophète les aiment.



Allah nous le fait savoir dans le verset suivant: Allah fera surgir un légion d'homme qu'il aimera et qu'ils l'aimerons, humbles vis-à-vis des croyants, mais résolut contre les infidèles. Ils combattront dans la voie d'Allah, ne craignant pas les reproches de quiconque les critiquera.

Allah dit aussi dans un autre verset: Et les prédécésseurs, les premiers, parmis les émigrés et les ançars et ceux qui les suivent de la meilleure façon. Allah a été satisfait d'eux et ils sont satisfait de lui. Il leur a accordé des jardins sous lesquels coulent des rivières. Ils y sont éternellement pour toujours. cela est la réussite immense.

Allah dit aussi: Mohammed et messager d'Allah. Et ceux qui sont avec lui sont dur envers les mécréants, miséricordieux entre eux. Tu les vois inclinés, prosternés, recherchant d'Allah grâce et agrément. leurs visages sont marqués par la trace laissée par la prosternation. Telle est leur image dans la Thora. Et l'image que l'on donne d'eux dans l'évangile est celle d'une semence qui sort sa pousse, puis raffermit, s'épaissit, et ensuite se dresse sur sa tige, à l'émerveillement des semeurs....

Il dit aussi: Et ceux qui ont cru, émigré et lutté dans le sentier d'Allah, ainsi que ceux qui leurs ont donné refuge et porté secours, ceux là sont les vrais croyants, à eux le pardon et une récompense généreuse.

Il dit aussi: les tous premiers croyants parmi les émigrés et les auxiliaires et ceux qui les ont suivit dans un beau comportement, Allah les agrés, et ils l'agréent. Il a préparé pour eux des jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, et ils y demeurerons éternellement. Voici l'énorme succés.

Définition d'un compagnon:

L'imam Boukhari l'a définit comme suit: Tout musulman qui s'est trouvé en compagnie du Prophète ou qui l'a vu a droit au titre de compagnon.
Des hadihts sur l'importance des compagnons:

Le Messager d'Allah a dit: Les meilleurs dans ma nation sont ceux de mon époque. Au dessous d'eux seront de l'époque suivante, et au dessous d'eux, ceux de l'époque qui viendra ensuite...

D'aprés Abou Sa'id l'Khoudri, le Prophète a dit: N'injuriez pas mes compagnons, car vous dépenseriez en aumône une somme égale à un monceau d'or du volume du mont Ohoud que vous n'attiendrez pas le même mérite que celui d'entre eux qui a donné un modh ou même la moitié d'un modh.

d'aprés Anas: Un homme interrogea le Prophète au sujet de l'heure suprême, il lui demanda quand elle aurait lieu. qu'as tu préparé pour ce moment là ? dit le Prophète (saw). Rien répliqua l'homme, sinon l'amour que j'ai pour Allah et son envoyé. Et bien! reprit le Prophète (saw), tu seras avec ceux que tu aimes. Jamais, ajoute Anas, nous n'éprouvâmes une joie égale à celle que nous êumes en entendant ces paroles. Quant à moi, j'aime le Prophète (saw), Abou bakr et omar, et j'espère qu'à cause de l'amour que j'ai pour eux, je serai avec eux, bien que je n'ai rien fait de comparable à ce qu'ils ont fait.

Parlant de ses compagnons, le Prophète a dit: Craignez Allah en mes compagnons, ne les prenez pas pour cible aprés moi. Celui qui les aime, c'est pour moi qu'il les aime. Celui qui les déteste, c'est pour moi qu'il les déteste. celui qui leur fait du mal, c'est à moi qu'il en fait. celui qui me fait du mal, c'est à Allah qu'il le fait, et celui qui fait du mal à Allah, celui ci ne tardera pas à le saisir.

D'aprés ibn Abbass, le Prophète  a dit: Si j'avais à choisir un ami dans mon peuple, c'est Abou Bakr que je choisirai, mais il est mon frère en islam et mon compagnon.

D'aprés Abou hourayra, l'envoyé d'Allah a dit: Dans toute les nations qui vous ont précédés, il y eut des inspirés du ciel. S'il doit en avoir un dans mon peuple, ce sera Omar.

D'aprés S'ad Ibn Abou Waqqas, le prophète a dit à Ali: N'es-tu pas satisfait d'être vis à vis de moi dans la situation de Araon à l'égard de Moïse ?

 

  


Quelques récits de compagnons:

Abou Bakr: Le premier compagnon fut Abou Bakr, avant l'islam il s'appelait Atik. L'adhésion d'Abou bakr s'accomplit des la premiere heure de la révélation, il était le premier homme libre qui y entra. Le Prophète a émis sur lui un avis sans pareil, je n'ai appelé personne à l'islam sans qu'il y ai en lui un recul, de la réflexion et de l'hésitation, sauf Abou Bakr, il n'attendit pas un instant lorsque je lui ai parlé et n'hésita pas.

Othmân Ibn 'Affane: Il fut plus tard un des califes, son surnon de paternité est Abou Abdellah, il est aussi appelé Dhou l'Nourayn pour avoir épousé deux filles du Prophète . Il entra dans l'islam par l'entremise de Abou Bakr.

S'ad Ibn Waqqas: Il était l'oncle maternel du Prophète car son grand père était Oubeyd, l'oncle de Amina la mère du Prophète, ses voeux étaient toujours exaucés. On disait: Méfiez vous de l'invocation de S'ad.

Abou Obyda: Surnomé "L'homme de confiance de la communauté" et l'un des dix annoncés au paradis. C'était lui qui avait extrait avec ses incisives les deux anneaux de la cuirasse enfoncés dans la joue du Prophète à la bataille de Ohoud.

Omar Ibn Lkhattab: Il passa un jour prés d'un homme et le critiqua pour s'être converti à l'islam. Au lieu de me blâmer, lui dit l'homme, tu ferais mieux d'adresser tes semonces à qui en est le plus concerné que moi ! Lesquels lui demanda Omar ? Ta soeur et ton beau frère, répondit l'homme. Omar se dirigea immédiatement vers la maison de sa soeur Fatima, marié à S'aid Ibn Zayd. Est ce vrai ce que j'ai entendu sur vous ? Ils le confirmèrent. Omar ne pût se maîtrisé, il assena à sa soeur un coup sur la tête qui se couvrit de sang. Oui nous avons embrassé l'islam malgré toi! Omar rougit de voir le sang couler de la tête de sa soeur. Il remarqua un écrit entre leurs mains. Montrez moi cette feuille, leur dit-il. Non, répondit fatima, seuls ceux qui sont purs peuvent y toucher. Omar alla se laver. On lui remit la feuille et il lut: Ta ha. Nous ne te révélons pas ce coran pour te faire souffrir, mais plutôt en rappel pour quiconque craint Allah. Il est révélé par celui qui a crée la terre et les cieux, sublimes, le bienfaiteur, il siège sur le trône. Lui appartient ce qui est dans les cieux, et la terre, ce qui est entre eux et ce qui recèlent les profondeurs du sol. Peu importe que tu lèves la voix ou la baisse, il décèle tous les secrets. Il est Allah, aucun autre avec lui, il a les plus beaux noms. Omar fut pénétré de la majesté de ces versets, et embrassa l'islam.

Bilal: Il était l'esclave de omeyade Ibn Khallaf, il le torturait en l'exposant au le soleil, tantôt à plat ventre, tantôt sur le dos. Il lui mettait une grosse pierre sur la poitrine et disait: Tu resteras ainsi jusqu'à la mort à moins que tu renies ta foi. Bilal patient ne faisait que de répéter: L'unique, l'unique, Abou Bakr acheta Bilal et l'affranchit aussitôt.

Comportement envers les compagnons:
 
-Le musulman doit les aimer.
-Le musulman doit les prendre comme exemple. ce sont eux qui pratiquaient le mieux l'islam avec le coran et la sunna, on doit pratiquer leur methode, sans innover dans les adorations.

 



Source : http://minhage.ifrance.com/

 

http://muslimislam.fr/index.php?page=plus&cible=sahabas&id_sahabas=1

Repost 0
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 19:51

ar The ten promised Paradise

 

السلام عليكم ورحمة الله وبركاته

 

 

Aboû-Bakr As-Siddikأبو بكر بن أبي قحافة  عبد الله بن أبي قحافة عثمان بن كعب التيمي القريشي

 

Omar Ibn Al-khâtab - عمر بن الخطاب بن نُفيل العَدَوِي القريشي

 

Othmân Ibn 'Afâne - عثمان بن عفان بن أبي العاص الأُمَوِي القريشي

Ali Ibn Abî Tâlib - علي بن أبي طالب بن عبد المطلب الهاشمي القريشي

Talha Ibn 'ObaydAllahطلحة بن عبيد الله  بن عثمان التَيْمِي القريشي

Zubeyr Ibn Al 'Awâmالزبير بن العوام بن خُوَيْلِد الأَسَدِي القريشي

Sa'ad Ibn Abî Waqâs - سعد بن أبي وقاص  بن وُهَيْب الزُ هري القريشي

Sa'yd Ibn Zayd - سعيد بن زيد بن عمرو العَدَوِي القريشي

Aboû 'Obayda 'Omar Ibn Jarâh - أبوعبيدة بن الجراح عامر بن عبد الله بن الجرّاح الحارثي القريشي

'Abderrahmane Ibn 'Aoûfعبد الرحمن بن عوف بن عبد عوف الزُهْرِي القريشي

 

source : http://3ilm.char3i.over-blog.com/categorie-11062084.html

Repost 0
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 19:01

السلام عليكم ورحمة الله وبركاته

 

 

Les mérites des Sahabas, la croyance nécessaire à leur sujet et l’attitude des Ahl-Sunna Wal Jamâ’a sur ce qui s’est passé entre eux.

a) La signification du terme Sahabah et la croyance nécessaire à leur sujet :

 

Sahâbah (Compagnons) est le pluriel du mot Sahâbî, qui signifie une personne qui a rencontré le Prophète (صلى الله عليه وسلم), a cru en lui, et est mort croyant. Il est nécessaire de croire que les Sahâbas sont les meilleures personnes de la communauté musulmane, et la meilleure des générations, car ils sont les premiers à avoir accepté l’Islam et parce qu’ils ont eu l’honneur d’accompagner le Prophète (صلى الله عليه وسلم), en participant au Djihad à ses côtés, et en transmettant sa Shari’a à ceux qui les ont succédés.

Allah, Exalté soit Il, les a comblés d’éloges dans des versets explicites de Son Livre. Allah, Exalté soit Il, a dit :

"Les tout premiers ( croyants ) parmi les Emigrés et les Auxiliaires et ceux qui les ont suivis dans un beau comportement, Allah les agrée, et ils L’agréent. Il a préparé pour eux des Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, et ils y demeureront éternellement. Voilà l’énorme succès ! " [1]

Et Il a dit :

« Muhammad est le Messager d’Allah. Et ceux qui sont avec lui sont durs envers les mécréants, miséricordieux entre eux ; Tu les vois inclinés, prosternés, recherchant d’Allah grâce et agrément. Leurs visages sont marqués par la trace laissée par la prosternation. Telle est leur image dans la Thora. Et l’image que l’on donne d’eux dans l’Evangile est celle d’une semence qui sort sa pousse, puis se raffermit, s’épaissit, et ensuite se dresse sur sa tige, à l’émerveillement des semeurs. (Allah) par eux ( les croyants) remplit de dépit les mécréants. Allah promet à ceux d’entre eux qui croient et font les bonnes œuvres, un pardon et une énorme récompense." [2]

Et Il a dit :

"( Le butin appartient aussi ) aux émigré besogneux qui ont été expulsés de leurs demeures et de leurs biens ( de La Mecque), tandis qu’ils recherchaient une grâce et un agrément d’Allah, et qu’ils portaient secours à ( la cause d’ ) Allah et à Son Messager. Ceux-là sont les véridiques. Il ( appartient également) à ceux qui, avant eux, se sont installés dans le pays ( Médine) et dans le foi, qui aiment ceux qui émigrent vers eux, et ne ressentent dans leurs cœurs aucune envie pour ce que ( ces émigrés) ont reçu, et qui ( les) préfèrent à eux-mêmes, même s’il y a pénurie chez eux. Quiconque se prémunit contre sa propre avarice, ceux-là sont ceux qui réussissent." [3]

Dans les versets ci-dessus, Allah, Exalté soi Il, loue les Muhâjirîn (Les Emigrés de La Mecque) et les Ansâr ( Auxiliaires, habitants de Médine). Il les décrit comme des gens se précipitant à accomplir de bonnes actions, certifiant qu’Il est satisfait d’eux, et qu’Il leur prépare des jardins paradisiaques. Il les décrit comme étant cléments entre eux et durs envers les mécréants. Il les décrit aussi comme des gens qui s’inclinent et se prosternent souvent, ayant des cœurs d’une grande pureté. Ils sont reconnaissables par les signes d’obéissance et de foi. Les versets ci-dessus nous renseignent aussi sur le fait qu’Allah les a choisis pour accompagner Son Prophète (صلى الله عليه وسلم) afin d’enrager ses ennemis, les mécréants.

Allah a aussi décrit les Muhajirîn comme des personnes ayant quitté leurs demeures et propriétés pour la cause d’Allah et pour le soutien de Sa religion, recherchant Sa miséricorde et Satisfaction, et comme des personnes véridiques et sincères dans leurs actes.

D’autre part, Allah décrit les Ansâr comme habitants de la ville de la Hijrah (Hégire, exode de la Mecque vers Médine), et comme des personnes alliées de la vérité et de la foi sincère. Il les a caractérisés par leur amour porté à leurs frères émigrants, en les préférant à eux mêmes, en leur fournissant ce dont ils avaient besoin, et comme étant purs de toute avarice... et c’est ainsi qu’ils ont atteint le succès.

Voilà donc quelques-uns de leurs mérites généraux, bien qu’il existe aussi des mérites particuliers inhérents à chaque compagnon, chacun d’eux occupant une place différente des autres. Qu’Allah les agrée et ce en fonction de leur ancienneté dans l’Islam, dans le Djihad et la Hijrah.

Et les meilleurs des Sahâbas sont les quatre Califes : Abû Bakr, ‘Umar, ‘Uthmân et ‘Ali, suivi par le reste des dix qui ont reçu la promesse du paradis, qui sont : Talha Ibn ‘UbaydAllah, Zoubayr Ibn Al-‘Awwam, ‘Abder-Rahman Ibn ‘Awf, Abou ‘Ubaydah Ibn Al-Jarrah, Sa’d Ibn Abi Waqqas, Sa’id Ibn Zayd.

Et les Muhâjirins sont supérieurs aux Ansârs, puis viennent ceux qui ont combattu à Badr, ensuite ceux qui étaient présents lors du serment d’allégeance d’Ar-Ridwan.

Et en général, ceux qui ont accepté l’Islam avant la conquête de la Mecque et ont participé au Jihad avec le Prophète (صلى الله عليه وسلم) sont supérieurs à ceux qui l’ont accepté plus tard.

 

 

b) Les causes des troubles :

 

Les juifs ont comploté contre l’Islam et les musulmans, par le biais d’un homme abominable et maléfique, dont le nom était ‘Abdallah Ibn Saba’, un juif du Yémen, qui prétendait - par mensonge et fausseté - être musulman. Il commença à insuffler haine et poisons contre le troisième Calife bien guidé, ‘Uthman Ibn ‘Affan ([ra]). Des accusations fabriquées de toutes pièces furent dirigées à l’encontre du Calife. Des gens ignorantes et bornées, possédant une foi très faible, et aimant les troubles, se sont ralliées au juif, ce qui a abouti à l’assassinat injuste du calife ‘Uthman Ibn ‘Affan , qu’Allah l’agrée. Suite à cela, la désunion et les disputes ont émergé chez les musulmans, discorde initiée et nourrie par ce Juif et ses adeptes, qui aboutirent aux luttes entre les Sahabas par effort d’interprétation (Idjtihâd).

Le commentateur de "At-Tahawiyia" ( Ibn Abil ‘Izz Al-Hanafi ) a dit : " Le concept de Rafdh (ou rejet) a été inventé par un hypocrite hérétique qui voulait détruire l’Islam et porter atteinte au Messager (saw), comme l’ont affirmé les savants. ‘Abdallah Ibn Saba’, en prétendant adhérer à l’Islam, recherchait par ce moyen à abimer l’Islam à travers ses stratagèmes et sa traîtrîse, comme l’a fait Paul à l’égard du Christianisme. Il manifestait une fausse piété, prétendait encourager le bien et interdire le mal, jusqu’à créer les troubles qui aboutirent à l’assassinat de ’Uthman. Lorsqu’il se rendit à Koufa, ‘Abdallah Ibn Saba’ promu des croyances déifiant ‘Ali, et recruta des partisans pour accomplir son but précité. Lorsque ‘Ali entendit cela, il ordonna que ’Abdallah ibn Saba’ soit exécuté, mais celui-ci s’enfuit vers Qarqis. Et ces détails sont connus dans les livres d’histoires."

Shaykh Al-Islam Ibn Taymiyah, a dit :

"Lorsque ‘Uthman, qu’Allah l’agrée, a été assassiné, il y a eu une fissure dans la communauté, et les musulmans ont souffert de grands maux et soucis ; les mauvaises gens prévalaient et les pieux ne dominaient pas. Ceux qui par le passé étaient dans l’incapacité de faire du mal, ont profité des troubles, alors que ceux qui désiraient le bien et la réforme ont été dépassés par les événements.
Les gens ont prêté serment d’allégeance au Chef des Croyants (Amîr Al Mu’minîn), ‘Ali Ibn Abî Tâlib, qui était celui qui le méritait le plus et le meilleur des Sahâbas restants. Cependant, les coeurs étaient désunis et le feu de la discorde était toujours ardent. C’est pourquoi, l’unité fut difficile a établir, et la solidarité disparut. Par conséquent, Le Calife et les autres éminences de la communauté ne purent accomplir tout le bien qu’ils voulaient. Divers groupes de gens entrèrent alors dans la divergence et la discorde, et il se produisit ce qui arriva"
 [4]

Shaykh Al-Islam Ibn Taymiya a clarifié les excuses des deux parties belligérantes, qui se sont combattues dans la lutte confrontant ‘Ali et Mou’awiya disant :

" Et Mu’âwiyah n’a manifesté aucune ambition pour le califat, et personne ne lui avait prêté serment d’allégeance comme Calife lorsqu’il combattit ‘Ali. D’ailleurs il ne combattait pas pour devenir Calife, ou parce qu’il pensait le mériter. Et c’est ce que Mu’âwiyah affirmait lorsqu’on l’interrogeait à ce sujet. De même, Mu’âwiyah et ses partisans n’ont jamais pensé à initier le combat contre ’Ali et ses alliés ou à le rabaisser. Cependant, étant donné que ’Ali (qu’Allah l’agrée) - ainsi que ses alliés - pensaient qu’il était nécessaire pour Mu’âwiyah et ses adeptes d’obéir (à ’Ali) et lui prêter serment d’allégeance - car il ne peut exister qu’un seul Calife pour les musulmans - ; et compte tenu du fait que ces derniers étaient rebelles à son autorité, refusaient de lui obéir et représentaient une certaine force militaire, ’Ali décida de les combattre afin qu’ils se soumettent, et que l’obéissance et l’entente règnent.

Quant à Mu’âwiyah et ses alliés, ils affirmaient : "Cette obéissance ne nous est pas obligatoire, et si on nous combat pour cette raison ce serait nous faire injustice. En effet, ’Uthmân a été tué injustement - chose sur laquelle tous les musulmans sont d’accord - ; or les assassins de ce dernier - nombreux et armés - se sont infiltrés dans les rangs de l’armée de ’Ali, et par conséquent, si nous refusons le combat, ces assassins s’attaqueraient à nous et nous oppresseraient. De plus, ’Ali ne pourrait les en empêcher, de la même façon qu’il n’a pu empêcher l’assassinat de ’Uthmân. C’est pourquoi nous ne prêterons allégeance qu’à un Calife capable d’être juste avec nous."

Et l’attitude des Ahl Sunnah Wal Djamâ’ah concernant cette dispute et les troubles qui ont conduit aux luttes entre les Sahabas peut être résumée en deux points principaux :

Premièrement : ils s’abstiennent de discuter ou de rentrer dans les détails des troubles et disputes qui se sont déroulés entre Sahabas, car c’est la voie la plus sure concernant ce sujet, et les Ahl Sunnah Wal Djamâ’ah disent : "« Seigneur, pardonne-nous, ainsi qu’à nos frères qui nous ont précédés dans la foi ; et ne mets dans nos coeurs aucune rancoeur pour ceux qui ont cru. Seigneur, Tu es Compatissant et Très Miséricordieux »" Sourate 59 : Al-Hasr (L’EXODE) ; V 10]]

Deuxièmement : ils répondent à toutes les traditions qui énumèrent leurs erreurs et cela pour plusieurs raisons :

  • La première raison : certaines de ces traditions sont forgées contre les Sahabas par leurs ennemis et ce afin de nuire à leur réputation.
  • La deuxième raison : certaines de ces traditions ont subi retraits et ajouts et le sens en a été altéré, et par conséquent le mensonge s’y est introduit. En d’autres termes, elles ont subi des distorsions et ne doivent pas être prises en considération.
  • La troisième raison : Les traditions authentiques à ce sujet sont peu nombreuses, et - dans tous les cas - les Sahabas sont excusés à ce sujet, car ils sont soit des Mujtahidûns ( i.e. ils ont fait un effort d’interprétation) qui ont atteint la vérité, soit des Mujtahidûns qui ont manqué au bon jugement. Dans les deux cas, ils seront récompensés, d’après le Hadith du Messager d’Allah (صلى الله عليه وسلم) : « Si un juge fait un effort et atteint le bon jugement, il aura deux récompenses, et si il fait un effort et manque le bon verdict, il aura une bonne récompense. » [5]
  • La quatrième raison : les Compagnons sont des êtres humains capables de commettre des erreurs, car ils ne sont pas infaillibles en tant qu’individus, et pour les choses qu’ils ont pu commettre, ils bénéficient de nombreuses causes d’expiation, dont :
    • 1) Ils se sont repentis, et le repentir efface tous les péchés, quels qu’ils soient, conformément aux preuves claires.
    • 2) Leurs passés glorieux et leurs mérites engendrent le pardon d’Allah concernant leurs erreurs - si erreur il y a - car Allah, L’Exalté, a dit : « Les bonnes œuvres dissipent les mauvaises. » [6]
    • 
    • 3) Leurs bonnes actions sont bien plus multipliées que celles des autres musulmans, et personne ne les égalera jamais en excellence et mérites. Car il a authentiquement été rapporté du Prophète (صلى الله عليه وسلم) qu’il les a décrits comme étant la meilleure génération de musulmans, et que la valeur d’une poignée de nourriture donnée en aumône par l’un d’eux est plus grande encore que l’équivalent en or du mont Uhud donné en aumône par un autre musulman. Qu’Allah les agrée et les comble de satisfaction.
Shaykh Al-Islam Ibn Taymiyah (qu’Allah lui fasse miséricorde) a dit :

" Les Ahl Sunnah Wal Djamâ’ah et les Imams de l’Islam ne croient pas en l’infaillibilité des Sahabas, ni en celle de la famille du Prophète (صلى الله عليه وسلم), ni des premiers musulmans, ni de quelqu’un d’autre. Ils affirment plutôt qu’il est possible qu’ils aient commis des pêchés, et Allah, L’Exalté, leur pardonne leurs péchés par leur repentir et élève leur rang, et Il pardonne aussi leurs pêchés pour leurs actions méritoires , ou pour tout autre raison semblable.

Allah le Très Haut a dit :

« Tandis que celui qui vient avec la vérité et celui qui la confirme, ceux-là sont les pieux. Ils auront tout ce qu’ils désireront auprès de leur Seigneur ; voilà la récompense des bienfaisants, afin qu’Allah leur efface les pires de leurs actions et les récompense selon ce qu’ils auront fait de meilleur » [7]

Et Il a dit - Elevé soit Il - :

« ...Puis quand il atteint ses pleines forces et atteint quarante ans, il dit : « O Seigneur ! Inspire-moi pour que je rende grâce au bienfait dont Tu m’as comblé ainsi qu’à mes père et mère, et pour que je fasse une bonne action que Tu agrées. Et fais que ma postérité soit de moralité saine. Auprès de Toi je me repens et je suis du nombre des soumis ( musulmans). Ce sont ceux-là dont Nous acceptons le meilleur de ce qu’ils œuvrent et passons sur leurs méfaits, ( ils seront ) parmi les gens du Paradis, selon la promesse véridique qui leur était faite. » [8] [9]

Les ennemis d’Allah utilisent les événements qui se sont produits entre les Sahabas au moment des troubles, disputes et combats comme moyen pour les dénigrer et ternir leur honneur. Or, certains écrivains contemporains - qui parlent de choses dont ils n’ont aucune connaissance - ont suivi ce stratagème maléfique consistant à critiquer les Sahabas du Prophète (صلى الله عليه وسلم). Ils se sont établis comme arbitres pour juger les Sahabas du Messager d’Allah, classant certains d’entre eux comme ayant raison et d’autres tort, sans aucune preuve si ce n’est l’ignorance et le suivi des passions. Ils ont répété les allégations des orientalistes haineux et de leurs adeptes au point de semer le doute dans la jeunesse musulmane possèdant une connaissance superficielle de l’histoire glorieuse de leur communauté, et de leurs pieux prédécesseurs, qui sont les meilleures générations. Par ce moyen, ils cherchent à dénigrer l’Islam, à semer la discorde parmi les musulmans, et à planter les racines de la haine dans les cœurs des générations contemporaines à l’encontre des premières générations, alors qu’ils devraient suivre leurs pieux prédécesseurs en appliquant le verset : " Et ( il appartient également) à ceux qui sont venus après eux de dire : « Seigneur, pardonne-nous, ainsi qu’à nos frères qui nous ont précédés dans la foi ; et ne mets dans nos cœurs aucune rancœur pour ceux qui ont cru. Seigneur, Tu es Compatissant et Très Miséricordieux. » " [10]

 

 

c) De l’interdiction d’insulter les Compagnons :

 

La pureté de coeur et de langue à l’égard des Compagnons du Messager d’Allah (صلى الله عليه وسلم) est un des fondements des Ahl Sounna Wal Djamâ’ah, car Allah - le Très Haut - les a décrits ainsi dans Sa Parole : "Et [il appartient également] à ceux qui sont venus après eux en disant : "Seigneur, pardonne-nous, ainsi qu’à nos frères qui nous ont précédés dans la foi ; et ne mets dans nos coeurs aucune rancoeur pour ceux qui ont cru. Seigneur, Tu es Compatissant et Très Miséricordieux." [11] ainsi que par obéissance au Prophète (صلى الله عليه وسلم) qui a dit : "N’insultez pas mes Compagnons ! Car je jure par Celui qui détient mon âme entre Ses Mains, si l’un d’entre vous donnait en aumône l’équivalent en or de la montagne de Uhud, cela n’équivaudrait pas à une poignée - ou une demi-poignée - donnée en aumône par l’un d’eux"  [12].

Et les Ahl Sounna wal Djamâ’ah se désolidarisent de la voie des Râfidah (Chiites Imâmites) et des Khawâridjs qui insultent les Compagnons (qu’Allah les agrée), les détestent et nient leurs mérites tout en considérant comme apostats la majorité d’entre eux. De même les Ahl Sounna acceptent ce qui émane du Coran et de la Sounna au sujet de leurs mérites et croient au fait qu’ils sont la meilleure des générations comme l’a dit le Prophète (صلى الله عليه وسلم) : "Les meilleurs d’entre vous sont ma génération" [Bukhârî et Muslim]. Et lorsque le Prophète (صلى الله عليه وسلم) mentionna la division de sa communauté en 73 sectes dont une seule sera sauvée de l’Enfer, on le questionna au sujet de cette dernière et il répondit : "Ce sont ceux qui sont sur ma voie et celle de mes Compagnons" [13].

Abû Zar’ah - un des plus grands maîtres de l’Imâm Muslim - a dit : "Si tu vois une personne dénigrer un des Compagnons du Prophète (صلى الله عليه وسلم), sache que c’est un hérétique (Zindîq), car le Coran est vérité, et le Messager est Vérité, et ce avec quoi il est venu est vérité. Et ce sont les Compagnons qui nous ont transmis tout cela. Quiconque donc les dénigre cherche à annuler la légtimité du Coran et de la Sounna. Cette personne est donc plus en droit d’être dénigrée, et elle est plus à même d’être considérée comme hérétique et égarée."

Le grand savant Ibn Hamdân a dit dans Nihâyat-ul-Mubtadi’în : "Quiconque insulte les Compagnons en considérant qu’il est permis de le faire est un mécréant.S’il ne considère pas cela permis, c’est un pervers." Il a d’ailleurs aussi rapporté de lui qu’il considérait mécréante toute personne insultant les Compagnons (qu’elle considère cela permis ou non). Et quiconque traite les Compagnons de pervers, doute de leur piété ou les excommunie est un mécréant. [14].

 

d) De l’interdiction d’insulter les Imâms de la guidée parmi les savants de cette communauté

 

Les Imâms de la guidée parmi les Tâbi’îns et leurs successeurs durant les premières générations bénies ainsi que ceux qui les ont suivis en prenant comme exemple les Compagnons avec perfection succèdent à ces derniers en mérite, honneur et degré, comme l’a dit Allah le Très Haut : " Les tout premiers [croyants] parmi les Emigrés et les Auxiliaires et ceux qui les ont suivis dans un beau comportement, Allah les agrée, et ils l’agréent." [15].
Il n’est donc pas permis de les rabaisser ou des le insulter, car ce sont les repères de la guidée. Allah le Très Haut a dit : "Et quiconque fait scission d’avec le Messager, après que le droit chemin lui est apparu et suit un sentier autre que celui des croyants, alors Nous le laisserons comme il s’est détourné, et le brûlerons dans l’Enfer. Et quelle mauvaise destination !" [16]

 

Le commentateur du Crédo de l’Imâm Tahawî (Ibn Abi-l-’Izz Al-Hanafî) a dit : "Il est donc nécessaire pour tout musulman - après avoir pris Allah et Son Messager comme alliés - d’adopter les croyants en tant qu’alliés, comme l’a cité le Coran. Et en particulier les héritiers des Prophètes, qu’Allah a élevé au niveau des étoiles par le moyen desquelles on trouve son chemin dans l’obscurité de la terre ou dans la pénombre de la mer. En outre, il y a consensus de la part des musulmans concernant leur guidée et leur compréhension. En effet, ce sont les successeurs du Prophète dans sa communauté, et les revivificateurs de ce qui s’est éteint de sa Sounna. C’est par eux que le Coran s’éleva et par lui qu’ils s’élevèrent. Et chacun d’entre eux est d’accord d’une façon certaine qu’il est obligatoire de suivre le Prophète (صلى الله عليه وسلم). Cependant, s’il s’avère que l’opinion de l’un d’entre eux soit en désaccord avec un hadith authentique, ce savant a donc nécessairement une excuse valable concernant le délaissement de ce hadith."

 

Et ces excuses sont de trois sortes :

  • Ce savant ne croit pas au fait que le Prophète (صلى الله عليه وسلم) ait dit ce hadith
  • Il pense que ce hadith n’a rien à voir avec le problème posé
  • Il pense que ce hadith a été abrogé
Ils ont plus de mérites que nous, nous leur devons beaucoup et ils nous ont précédés dans le bien, la transmission du message du Prophète (صلى الله عليه وسلم) et l’explication de ce qui en était ambigu. Qu’Allah les agrée et les satisfasse : "Seigneur, pardonne-nous, ainsi qu’à nos frères qui nous ont précédés dans la foi ; et ne mets dans nos coeurs aucune rancoeur pour ceux qui ont cru. Seigneur, Tu es Compatissant et Très Miséricordieux" [17].

 

Et le fait de rabaisser l’honneur des savants en raison d’une erreur d’Idjtihâd (effort d’interprétation) de leur part fait partie de la voie des innovateurs, et c’est une planification des ennemis de la communauté afin de remettre en cause l’Islam, de semer la discorde dans les rangs de la communauté, d’éloigner les musulmans contemporains de leurs prédecesseurs et de provoquer la scission entre la jeunesse musulmane et les savants comme c’est le cas aujourd’hui.

Que prennent garde donc les étudiants débutants qui se permettent de rabaisser le rang des juristes et de la jurisprudence islamique, délaissant son étude et refusant de tirer profit de la vérité et de la justesse qui s’y trouvent. Qu’ils soient donc fiers de leur jurisprudence et qu’ils respectent leurs savants, sans être dupes des prétentions égarées et fausses. Et c’est d’Allah que provient l’aide.

 


 

Le 9 février 2006, par Sounna,

 

Source : Kitâb At-Tawhîd

Auteur : Cheikh Saleh Ibn Fawzân Al Fawzân

Traduction : L’équipe Sounna.com

 

 

Notes :

[1] Sourate 9 At-tawbah (Le désaveu ou Le repentir ; V.100

[2] Sourate 48 Al-Fath (la Victoire éclatante) ; V.29

[3] Sourate 59 : Al-Hasr (L’EXODE) ; v 8-9

[4] Majmû’ El Fatâwâ » vol 25 p 304-305

[5] Rapporté par Bukhari et Muslim d’après ’Amru ibn El ’Âs

[6] Sourate 11 : HOUD ; v 114

[7] Sourate 39 : AZ-ZUMAR (LES GROUPES) ; v 33-35

[8] Sourate 46 : AL-AHQAF ; v 15-16

[9] Voir Madjmû’ Al Fatâwâs 35/69

[10] Sourate 59 : Al-Hasr (L’EXODE) ; v 10

[11] Sourate 59 : Al-Hasr (L’EXODE) ; v.10

[12] Rapporté par Bukhârî et Muslim

[13] Rapporté par l’Imâm Ahmad et d’autres

[14] Sharh ’Aqîdat As-Safârînî (2/388-389)

[15] Sourate 9 : AT-TAWBAH (LE DÉSAVEU ou LE REPENTIR) ; v.100

[16] Sourate 4 : AN-NISA’ (LES FEMMES) ; v.115

[17] Sourate 59 : Al-Hasr (L’EXODE) ; V 10

 

http://www.sounna.com/spip.php?article181

Repost 0
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 18:13

السلام عليكم ورحمة الله وبركاته

 

 Un Sahabi est, d’après ibn Rajeb :

« Toute personne ayant rencontré le Prophète (Prière et bénédiction d'Allah sur lui) en croyant en lui et qui est mort en étant musulman"

 

[1]

Ainsi, le fait de dire : " Toute personne qui a vu le Prophète(Prière et bénédiction d'Allah sur lui) est un Sahabi ", ceci est faux puisqu’un Sahabi peut ne jamais avoir vu le Prophète (Prière et bénédiction d'Allah sur lui) comme Ibn oummou Maktoum qui était aveugle.

De même, dire que " Tout musulman qui vécu au temps du Prophète(Prière et bénédiction d'Allah sur lui) est un Sahabi ", ceci est faux également puisqu'il faut impérativement avoir rencontré le Prophète(Prière et bénédiction d'Allah sur lui), en étant croyant et être mort dans la religion de Mouhammad(Prière et bénédiction d'Allah sur lui).

 

Si depuis sa révélation, la religion a réussit à se perpétuer à travers les générations, et bien elle eut besoin de personnes qui en soient porteuses pour pouvoir ensuite la transmettre de manière sure aux générations qui succédèrent. Mais si la première génération de cette communauté, c'est à dire les compagnons ne furent pas à même de remplir cette tâche, cela signifierait que la religion d'Allah eut été perdue. Et comment alors ceux qui vinrent après eux pourraient-ils avoir reçu une religion qui n'aurait pas été transmise !!! Il va donc de soit qu'Allah ait fait de ce groupe, qui est en fait le groupe mère, la source d'où l'Islam prit son ampleur et débuta son expansion.

Ainsi les Sahabas apprirent le Coran et la Sounnah du Prophète(Prière et bénédiction d'Allah sur lui), et de la meilleure façon répandirent ses enseignements. D'ailleurs Allah Qui connaît toute chose les loue et vente leur mérite dans plusieurs versets coraniques :


Allah dit :   

 


sahaba1
Traduction relative et approchée : "Mouhammad est le Messager d'Allah et ceux qui sont avec lui sont durs avec les mécréants, miséricordieux entre eux. Tu les vois inclinés prosternés recherchant d'Allah grâce et agrément. Leurs visages sont marqués par la trace laissée par leur prosternation. Telle est leur image dans la Thora. Et l'image que l'on donne d'eux dans l'évangile est celle d'une semence qui sort sa pousse, puis se raffermit, s'épaissit, et ensuite se dresse sur sa tige, à l'émerveillement des semeurs.(Allah) par eux (les croyants) remplit de dépit les mécréants. Allah promet à ceux d'entre eux qui croient et font de bonnes œuvres, un pardon et une énorme récompense"S48 V29

 Ibn el jawzi a dit : « Et ceci caractérise l'ensemble des Sahabas pour la majorité des savants »

 

[2]

 El qourtoubi a dit concernant "...Il a promis a ceux qui ont cru…" « C'est à dire qu'Allah a promis à ceux qui sont avec Mouhammad  et ce sont eux les croyants dont les œuvres sont pieuses et Allah leur a promis "…un pardon et une immense récompense…" c'est a dire une récompense éternelle : Le Paradis »

 

[3] 

El Hafidh ibn Kathir a dit : « Et tous ceux qui sont sur les traces des compagnons rentrent dans le même contexte»

 

[4]

Abou ‘aroua ez-zoubayri a dit : « Nous étions chez Malek et il fut fait allusion à un homme qui dénigrait les compagnons du Prophète alors Malek lut ce verset "…Mouhammad est le Messager d'Allah […] par eux (les croyants), (Allah) remplit de dépit les mécréants[…]
Puis Malek dit : « Celui qui a dans le cœur de la haine (du dépit) envers les compagnons de Mouhammad est concerné par ce verset[5] »

Allah dit : 

 
sahaba2              

Traduction relative et approchée : "...On ne peut comparer cependant celui d'entre vous qui a donné ses biens et qui a combattu avant la conquête de la Mecque, ces derniers sont élus hauts en hiérarchie que ceux qui ont donné leurs biens et combattu après. Or à chacun Allah a promis  la plus belle récompense (el Houssna) et Allah est Grand Connaisseur de ce que vous faites" S57 V10   

D’après Ibn jarir  (el Houssna) c'est en fait le Paradis comme ce fut rapporté du Prophète(Prière et bénédiction d'Allah sur lui) (Marfou') et des compagnons (Maouqouf)

 

[6]

Ibn hazm prit pour argument (...or, à chacun Allah a promis el Houssna) pour affirmer que tous les Sahabas sans exception sont promis au Paradis

 

[7]

Allah dit également :

 


sahaba3
 Traduction relative et approchée : "Les tous premiers croyants parmi les émigrés et les auxiliaires et ceux qui les ont suivis dans le beau comportement, Allah les a agrée et ils L'agréent. Il a préparé pour eux des jardins sous lesquels coulent des ruisseaux et ils y demeureront éternellement. Voilà l'énorme succès " S9 V100  

El hafidh ibn kathir a dit : « Allah nous a certes informé qu'Il était satisfait des premiers parmi les Mouhajirines (Mecquois) et les Ansars (Médinois) et ceux qui les ont suivit dans les bien, alors malheur à celui qui les déteste ou insulte l'un d'entre eux, d'autant plus s'il s'agit du grand véridique, du Calif Abou Bakr ibn abi Kahafa. Car en effet le groupe des Rafida (les chiites) font preuve d'animosité envers le meilleur Sahabi, le déteste et l'insulte. Que font ces gens-là de leur foi au Coran, lorsqu'ils insultent ceux qu'Allah a agréés !!! Alors que les gens de la Sounnah agréent ceux qu'Allah et Son Messager ont agréés et insultent ceux qu'Allah et Son Messager insultent, prennent pour amis ceux qu'Allah et Son Messager prennent pour amis et pour ennemis ceux qu'Allah et Son Messager prennent pour ennemis. Et les gens de la Sounnah suivent et n'innovent pas et voilà pourquoi ils forment le parti vainqueur d'Allah et sont Ses adorateurs croyants»

 

[8]

Allah dit :     

 

sahaba4              

Traduction relative et approchée : "Allah a très certainement agréé les croyants quand ils t'ont prêté le serment d'allégeance sous l'arbre. Il a su ce qu'il y avait dans leur cœur et a fait descendre sur eux la quiétude, et Il les a récompensés par une victoire proche" S48 V18

Ibn hazm a dit : « Allah nous a informé qu'Il savait ce qu'il y avait dans leur cœur, et qu'Il avait fait descendre la paix sur eux, il n'appartient donc à personne de douter des compagnons»

 

[9]

Allah dit :   

 

sahaba5        

 

 Traduction relative et approchée : "Dis :  " Louange à Allah et paix sur Ses serviteurs qu'Il a élus ! "Lequel est meilleur ? Allah ou bien ce qu'ils Lui associent"   S27 V59

Ibn ‘abdel bar a dit : « Es Saoudi rapporte d'Abou Malek d'après ibn Abassi au sujet de ce verset : « Ceux sont les compagnons de Mouhammad » Tels furent les propos de es Saoudi, de Hassan el Bassri, ibn 'Ouyina et ath-Thawri »

 

[10]

Allah dit aussi:                   


sahaba6

Traduction relative et approchée : "… le jour où Allah épargnera l'ignominie au Prophète et à ceux qui croient avec lui …"S66 V8  

Cheikh el islam ibn Taymiya a dit : « En somme tout ce qui est dans le Coran comme interpellation aux croyants, aux pieux, aux bienfaisants, ainsi que les louanges qui leur sont faites et bien ce sont eux (c'est à dire les compagnons). Ce sont eux les premiers de cette communauté et les meilleurs de cette communauté à être visés par ces versets »

 

[11]

Références:

 
« Ousoul I'tiqad Ahl es Sounnah wal Jama'a » de al Imam el Lâlaka-y

 Oummou Yassir

[1] Ibn Rajeb dans « El Issaba » Vol.1 p.10* Et ibn Hajar et d’autres ont ajouté : « …même s’il a apostasié, puis est revenu dans l’Islam »
[2] Dans son Tafsir Vol.7 p.173
[3] Dans son Tafsir Vol.7 p.173
[4] Dans son Tafir S48 V29
[5] Rapporté par Abou Nou’aim Vol.2 p.327 ainsi que ibn el Jawzi dans son Tafsir Vol.7 p. 175
[6] Cf. Tafsir d’ibn Jarir
[7] « El Mouhalla » Chp.4 p.148-149
[8] Dans son Tafsir Vol.2 p.148
[9] « El Mouhalla » Chp.4 p.148
[10] « El Isti’ab » 1/ p13
[11] « Minhaj es Sounnah » Vol.2 p.49-50

 

http://www.al.baida.online.fr/sahabas.htm

Repost 0
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 01:07

 

إِنَّ الحَمْدَ للهِ ؛ نَحْمَدُهُ وَنَسْتَغْفِرُهُ، وَنَعُوذُ بِاللهِ مِنْ شُرُورِ أَنْفُسِنَا وَمِنْ سَيِّئَاتِ أَعْمَالِنَا، مَنْ يَهْدِهِ اللهُ فَلاَ مُضِلَّ لَهُ، وَمَنْ يُضْلِلْ فَلاَ هَادِيَ لهُ.

وَأَشْهَدُ أَنْ لاَ إِلَهَ إِلاَّ اللهُ -وَحْدَهُ لاَ شَرِيكَ لَهُ-. وَأَشْهَدُ أَنَّ مُحَمَّداً عَبْدُهُ وَرَسُولُهُ.


{يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا اتَّقُوا اللهَ حَقَّ تُقَاتِهِ وَلاَ تَمُوتُنَّ إِلاَّ وَأَنْتُمْ مُسْلِمُونَ} [آل عمران : 102].


{يَا أَيُّهَا النَّاسُ اتَّقُوا رَبَّكُمُ الَّذِي خَلَقَكُمْ مِنْ نَفْسٍ وَاحِدَةٍ وَخَلَقَ مِنْهَا زَوْجَهَا وَبَثَّ مِنْهُمَا رِجَالاً كَثِيراً وَنِساءً وَاتَّقُوا اللهَ الَّذِي تَسَاءَلُونَ بِهِ وَالأَرْحَامَ إِنَّ اللهَ كَانَ عَلَيْكُمْ رَقِيباً} [النساء : 1].


{يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا اتَّقُوا اللهَ وَقُولُوا قَوْلاً سَدِيداً. يُصْلِحْ لَكُمْ أَعْمَالَكُمْ وَيَغْفِرْ لَكُمْ ذُنُوبَكُمْ وَمَنْ يُطِعِ اللهَ وَرَسُولَهُ فَقَدْ فَازَ فَوْزاً عَظِيماً} [الأَحزاب : 70-71].
أَمَّا بَعْدُ:

فَإِنَّ أَصْدَقَ الحَدِيثِ كِتَابُ اللهِ، وَخير الهَدْيِ هَدْيُ مُحَمَّدٍ صلى الله عليه وسلم، وَشَرَّ الأُمُورِ مُحْدَثَاتُهَا، وَكُلَّ مُحْدَثَةٍ بِدْعَةٌ، وَكُلَّ بِدْعَةٍ ضَلاَلَةٌ و كُلَّ ضَلاَلَةٍ فِي النَّارِ


Louange à ALLAH, nous le louons et nous lui demandons pardon, et nous cherchons refuge auprés d'ALLAH contre nous même, et contre nos mauvaises actions. Celui qu'ALLAH quide, il ne sera point perdu, et celui qu'ALLAH égare, il ne sera point guidé. Et je témoigne que LE Seul qui mérite l'adoration est ALLAH et que Mouhammed est Son serviteur et Son messager.


"O vous qui avez cru!Craignez ALAH comme IL doit être craint. Et ne mourez qu'en pleine soumission." sourate ali imran v102


"O vous les hommes!Craignez votre Seigneur qui vous a crées d'un seul être, et a crée de celui-ci son épouse, et qui de ces deux-là a fait répandre beaucoup d'hommes et de femmes. Craignez ALLAH au nom duquel vous vous implorez les uns les autres, et craignez de rompre les liens du sang. Certes ALLAH vous observe parfaitement." sourate annissa v1


"O vous qui avez cru! Craignez ALLAH et parlez avec droiture afin qu'IL améliore vos actions et vous pardonne vos péchés. Quiconque obéit à ALLAH et à Son Messager obtient certes une grande réussite." sourate al ahzab v70-71


La plus véridique des paroles est celle d'ALLAH, et la meilleur des voies est celle du prophéte , et la plus mauvaise des choses est la nouveauté, et toute nouveauté est innovation et toute innovation est égarement, et tout égarment est au feu.

 

 

 

 

Allah a choisi à cette communauté le meilleur des messagers, lui a révélé le meilleur des livres et Allah a fait de cette communauté la meilleure. Et tout ceci implique qu'Allah ait choisi, comme porteurs de cette religion et comme compagnons du meilleur Messager, les meilleures hommes qui soient après les messagers et les prophètes :


 Les Sahabas

 

Sommaire :


Sans-titre-1.jpg

Sans-titre-2.jpg

Sans-titre-5-copie-1.jpg

Sans-titre-4.jpg

 

 

 

Pages : Les Savants Anciens & Contemporains

 

Sans-titre-5-copie-2.jpg

Repost 0